Ballotés par leur double vie

Ce sont les mêmes, ballottés entre leur vie personnelle et professionnelle et insatisfaits de cette situation. On te l’a dit, ce sont ces salariés qui, avant ou après le boulot, enchaînent leurs autres obligations familiales, plus leur rôle d’aidant. D’après le dernier Baromètre des aidants – Fondation April/BVA – mai-juin 2016 :

  • 8 salariés aidants sur 10 rencontrent des difficultés à concilier vie professionnelle et familiale
  • 72% ressentent une incidence négative de leur rôle d’aidant sur leur concentration et leur efficacité
  • 44% posent régulièrement des jours de RTT et de congés pour s’occuper de leur proche

Sondage France Alzheimer et maladies apparentées réalisé auprès de 1484 aidants en activité

51
des aidants actifs sont des hommes
66
des aidants actifs ont moins de 50 ans
50
aident l'un de leur parent

Le paradoxe du salarié aidant

Il faut bien comprendre ce paradoxe : une majorité de salariés aidants veut poursuivre son activité professionnelle même si cette double vie complique tout. Au-delà de raisons financières évidentes et légitimes, l’entreprise est aussi un lieu d’accomplissement.

Tu en sais quelque chose…

Néanmoins, les difficultés de ton salarié peuvent prendre le dessus sur la qualité de son travail et sur la qualité du lien avec ses collègues.

Les aidants ne souhaitent pas nécessairement arrêter leur activité professionnelle, mais qu’elle puisse être mieux adaptée à l’évolution de l’état de leur proche. Vouloir poursuivre une activité, c’est une façon de conserver un appel d’air et aussi affirmer une identité qui ne se résume pas à l’identité d’aidant.

Serge Guérin

Je voudrais pouvoir compartimenter ma vie personnelle avec ce que je vis au côté de mes parents et ma vie professionnelle qui m’apporte beaucoup de satisfaction. Mais, certains jours, la disponibilité d’esprit n’est pas là.”

Dominique

1 aidant actif sur 10 considère que sa situation d’aidant a des effets négatifs sur sa vie professionnelle.

Baromètre des aidants – Fondation April/BVA – mai-juin 2016

La légitimité du dirigeant

C’est là que tu interviens car tu es perçu comme légitime et le mieux placé pour proposer des aménagements à ton salarié aidant :

73% des aidants actifs estiment que l’employeur a un rôle à jouer pour faciliter la conciliation vie d’aidant – vie professionnelle- Enquête Les aidants : une question privée et sociétale, Association Française des Aidants – 2013
3 aidants actifs sur 10 souhaiteraient un aménagement de leur temps de travail Baromètre des aidants – Fondation April/BVA – mai-juin 2016 – Enquête réalisée les 20-21 mai et 27-28 mai par téléphone auprès d’un échantillon de 2008 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus et composé de 385 aidants et 1623 non-aidants
2 aidants sur 3 souhaiteraient un aménagement de leur temps ou lieu de travail pour avoir plus de temps pour s’occuper d’un proche Les aidants familiaux en France – panel national des aidants familiaux BVA – Fondation Norvatis – 2010

Il faut encourager les bonnes pratiques, comme la possibilité de convertir le treizième mois en jours de congé, le don anonyme de jours de RTT ou l'accès à une plateforme de services dédiée aux aidants. Plus généralement, l'entreprise doit apprendre à repérer ses salariés aidants, mieux prendre en compte leur situation et favoriser les aménagements d'horaires.

Serge Guérin

Page suivante : Je gagne quoi à les aider ?