A chacun son rôle…

Si tu décides de prendre en compte les besoins spécifiques de tes salariés aidants, c’est bien toi qui vas devoir insuffler cette nouvelle orientation à l’ensemble de l’entreprise. Tu devrais t’en faire facilement le porte-parole auprès de tes managers et de tes salariés si tu estimes que cette forme de management répond à tes valeurs de JD et qu’elle est vertueuse pour ton entreprise.

Ton rôle à la fois de décideur et d’arbitre est central mais tu dois pouvoir t’appuyer sur d’autres acteurs. En interne, les personnes clés à tes côtés sont tes managers et le salarié aidant lui-même : il est le seul à pouvoir exprimer ses difficultés et le mieux placé pour être force de proposition sur les aménagements qui pourraient l’aider à concilier ses obligations professionnelles et familiales. Clairement, chacun détient une part de responsabilité pour trouver les solutions les plus adaptées.

… et ses responsabilités

Côté salarié :

  • Faire connaître sa situation et son souhait de bénéficier d’une aide de l’entreprise (mesures d’adaptation de son travail, accompagnement…)
  • Expliquer que son rôle d’aidant relève d’une véritable obligation familiale
  • Parler de ce qu’il a déjà fait pour essayer d’obtenir de l’aide, auprès d’autres membres de la famille, d’amis, de dispositifs de soins de santé, d’organismes de soutien
  • Témoigner d’une ouverture à envisager différentes solutions et à accepter des compromis qui tiennent compte de ses besoins sans pour autant relever forcément de la solution idéale
  • S’engager à s’informer sur les diverses possibilités d’obtenir de l’aide, faire une gestion efficace du temps et prévoir d’avance des solutions pour les imprévus
  • Rester ouvert à des ajustements de la solution déjà acceptée lorsque sa situation évolue

Côté employeur :

  • Proposer des solutions adaptées, acceptables et respectueuses pour tenir compte des besoins du salarié(e), mais sans qu’il y ait de contrainte excessive
  • Éliminer les obstacles discriminatoires susceptibles d’empêcher le salarié(e) de faire son travail
  • Rester ouvert à des ajustements de la solution déjà acceptée lorsque la situation évolue.

Côté représentant du salarié :

  • Participer à la recherche de solutions pour améliorer la qualité de vie au travail du salarié aidant
  • Accepter que l’on fasse des entorses aux règles syndicales et aux clauses de la convention collective lorsqu’elles peuvent causer de la discrimination
Si tu  encourages-nous !

Un témoignage révélateur…

Partagé sur SI J’AIDAIS MES AIDANTS

Le témoignage de Xavier BATEMAN, entreprise CONEGAN – 80 salariés

Ancien JD, Xavier dirige une entreprise dans l’agro alimentaire, secteur industriel. Sollicité par des salariés à l’issue d’un comité d’entreprise pour mettre en place un don de jours de repos au bénéfice d’un salarié aidant, lui-même favorable à l’initiative, il n’y a pas donné suite en l’absence :

  • d’une DRH dans l’entreprise ;
  • d’un accès facile à de l’information fiable ;
  • de manque de temps à consacrer à cette recherche d’information…

Entre temps, le salarié aidant a trouvé une solution à son problème, en dehors de l’entreprise.

Même s’il n’a pas mené à bien ce projet de dons de jours de repos, Xavier est convaincu :

  • que l’entreprise a un rôle à jouer auprès des salariés aidants, à condition que le chef d’entreprise soit assuré du cadre légal des actions qu’il met en œuvre
  • que l’entreprise doit s’appuyer sur d’autres parties prenantes pour accompagner ces problématiques : le chef d’entreprise ne peut pas coordonner seul une action globale
  • que le conseiller juridique de l’entreprise doit être consulté

Entendre parler d’une action mise en oeuvre par une entreprise de taille similaire m’aurait incité à creuser le sujet .

Xavier BatemanDirigeant

Etapes par étapes…

1 – Dialoguer

C’est peut-être une lapalissade mais tu ne peux pas proposer de solutions d’adaptation à un salarié aidant si ce dernier n’a pas exprimé clairement ses difficultés, ses besoins et ses souhaits. Confiance, respect de la vie privée et empathie sont les conditions de succès de ce dialogue. Parmi les points légitimes à aborder lors de cet entretien, surtout si le salarié en a été prévenu à l’avance :

  • le lien avec la personne aidée
  • la nature, le moment et la fréquence de l’aide
  • la durée prévue de l’aide à apporter
  • la raison pour laquelle le salarié est obligé d’assumer ce rôle
  • les solutions d’aides complémentaires envisagées
  • si ces solutions n’ont pas été mises en place, quelles en ont été les raisons
  • les mesures d’adaptation souhaitées par le salarié

Reporte-toi à notre petit guide sur l’entretien individuel.

2 – Faire preuve de souplesse

Une fois confirmé le bien fondé du besoin de mesures d’adaptation, l’employeur, le salarié ainsi qu’éventuellement le représentant du personnel ou du syndicat ont chacun une responsabilité dans la recherche de solutions réalistes et acceptables. Trouver une solution idéale qui convient à tous n’est pas toujours possible mais l’objectif est que le salarié aidant se voit proposer une solution équitable qui lui permette de rester et d’évoluer dans l’entreprise.

La situation du salarié aidant peut évoluer rapidement : faire preuve de souplesse, c’est aussi anticiper un plan d’adaptation qui respecte les obligations actuelles mais qui permet des ajustements dans le temps. Ta capacité à offrir des modalités de travail flexibles dépend bien sûr de ton secteur d’activité et de la nature des postes concernés.

3 – Communiquer et faire un suivi

Dès que les parties sont d’accord sur les mesures d’adaptation, tu dois les mettre par écrit et donner le détail de leur mise en œuvre. Seules les personnes concernées par leur mise en œuvre doivent en être informées afin de respecter la vie privée du salarié. Ces dernières doivent veiller à ce que les autres membres du personnel respectent ces mesures d’adaptation.

Après la mise en œuvre des mesures d’adaptation, tu dois maintenir une communication avec le salarié pour t’assurer que les mesures restent efficaces et nécessaires et, en fonction de l’évolution de sa situation, les ajuster.

Boîte à outil

Mémo des bonnes questions